Secret World Legends, l'ultime envol de la licence

Désormais disponible, le RPG d'action en monde partagé Secret World Legends a pour ambition de relancer la licence, tout explorant de nouvelles opportunités pour le studio Funcom.

Secret World Legends, l'ultime envol de la licence

Après plusieurs mois de travail acharné, le studio Funcom a finalement lancé la nouvelle mouture de son MMORPG contemporain The Secret World. Avant lui, seul Final Fantasy XIV avait bénéficié d'une telle refonte avec une fermeture de sa première version, pour renaître sous de meilleurs auspices qui se confirment encore aujourd'hui avec la sortie récente de l'extension Stormblood. Intitulée Secret World Legends, cette nouvelle version a pour objectif affiché de pérenniser la licence Secret World en attirant de nouveaux joueurs, un ultime envol.

Se définissant comme un RPG d'action en monde partagé, Secret World Legends a bien abandonné la mention de MMO pour se concentrer sur sa principale qualité : la narration. Il s'inscrit ainsi dans une voie particulière à l'image de Star Wars The Old Republic ou The Elder Scrolls Online, quand le monde persistant devient une simple toile de fond pour mieux servir une histoire. En faisant l'impasse en grande partie sur la dimension communautaire, le véritable enjeu pour Secret World Legends sera de proposer la suite de l'intrigue suffisamment rapidement pour ne pas perdre le fil, pari jusqu'ici jamais tenu par Funcom.

Un nouveau départ

2-304a9c67-60b2-4855-b6fe-edb5d8d24015.jpg

En attendant, il s'agira de recommencer l'aventure depuis le début sur Secret World Legends, avec la nécessité d'oublier The Secret World pour réellement en profiter. La possibilité de transférer une partie de ses possessions cosmétiques permet toutefois de vivre plus facilement le deuil de ses anciens succès. Sous ses airs de déjà-vu une fois la nouvelle introduction achevée, Secret World Legends arrive pourtant à créer le sentiment de vivre une nouvelle aventure. Le fait que tous les joueurs, anciens comme nouveaux, partent de zéro produit cette ambiance unique avec cette incitation à (re)découvrir un univers sombre et mature, unique en son genre.

L'émulation de départ poussera le joueur à arpenter les terres de la Nouvelle-Angleterre, de l'Egypte et de la Transylvanie avant de patienter quelques semaines pour s'envoler vers Tokyo. Les épisodes ont été intégrés à la trame principale, pour mettre en valeur les atouts du jeu. Le joueur qui a déjà plongé dans la brume pour retrouver Tyler Freeborn sait de quoi je parle. Le système de combat change les habitudes, de nouvelles sensations avec un gameplay sans ciblage tourné vers l'action, sans atteindre les standards actuels tel un bondissant Black Desert Online. Chaque arme a toutefois l'intérêt d'être originale, avec des spécificités à maîtriser. L'artisanat complètement repensé avec pertinence apporte une petite touche de farm, accompagnant la montée en puissance de son personnage. La patience est cependant toute indiquée quand il s'agira de débloquer l'ensemble des armes, compétences et statistiques pour son personnage, une histoire au long cours. La progression désormais marquée par des niveaux gagne toutefois en lisibilité, jusqu'aux premières frustrations.

Un modèle économique (un brin) frustrant

Le principal écueil d'un modèle gratuit est de devoir générer de la frustration pour pousser le joueur à sortir le portefeuille. La taille de l'inventaire, des coffres aussi nombreux que l'absence de clés, la limitation des récompenses en donjons, de même pour des scénarios -- qui au passage ont fait l'objet d'une refonte très intéressante --, les échanges limités n'orientent pas à première vue les joueurs vers un abonnement VIP aux bonus encore limités, mais bien vers des micro-transactions pour gagner en confort de jeu. On est cependant encore loin des limitations d'un Star Wars: The Old Republic, en particulier à l'introduction de son modèle économique free-to-play.

Episode 14 - Appel du sans nom

Jouable gratuitement, Secret World Legends pousse les joueurs les plus pressés à accélérer le mouvement contre de l'argent bien réel. Et si je n'ai -- presque -- jamais rechigné à mettre de l'argent dans The Secret World au regard de ses qualités, l'incitation a pris une tournure plus fâcheuse sur Secret World Legends, à la limite de la sortie de piste. En l'état, il est ainsi possible pour un abonné de compléter seulement trois donjons par jour avec des récompenses, puis demande de faire une croix sur ces dernières à moins de dépenser des marques de faveur. Cette nouvelle monnaie se débloque par le biais des défis quotidiens, ou d'utiliser le pouvoir de la carte bleue par l'intermédiaire de la monnaie Aurum afin de l'échanger contre les marques des autres joueurs. Ce système de limitation -- s'appliquant également au sprint ou à l'inventaire -- se révèle particulièrement frustrant en début du jeu, en attendant de se constituer un pactole suffisant au fil des défis à compléter, évidemment limités dans le temps.

Et du coup, ça vaut le coup ?

Le jeu étant proposé gratuitement, on serait proche de la faute de goût en passant à coté de Secret World Legends. La narration entraîne le joueur dans un monde sombre et torturé, à vivre seul ou à partager en petit comité. L'ancien joueur redécouvrira un jeu disposant d'un nouvel emballage, alors qu'il sera plus facile pour le nouveau joueur de l'appréhender grâce à de nombreuses modifications améliorant son accessibilité. Et si le succès est au rendez-vous, les nouvelles bases initiées par Secret World Legends doivent permettre aux développeurs de construire plus sereinement la suite de l'histoire. Cette nouvelle voie empruntée par Funcom n'est pas sans écueils possibles pour l'éditeur norvégien, l'éloignant de ses ambitieux MMO originels pour se concentrer sur de plus petites productions avec un début, voire une fin.

Réactions (114)


Que pensez-vous de Secret World Legends ?

20 aiment, 16 pas.
Note moyenne : (38 évaluations | 0 critique)
5,5 / 10 - Intéressant